Conséquences économiques de la hausse des prix des matériaux

Batiment
01JUIN2021
Lors des question d’actualité à l’Assemblée Nationale, le député, Thierry Benoit, a alerté le Gouvernement , sur les conséquences économiques de la hausse des prix des matériaux de construction et des matières premières dans le secteur du bâtiment.

 

A l’Assemblée Nationale, le député, Thierry Benoit, a alerté le Gouvernement lors la séance des questions au gouvernement, sur les conséquences économiques de la hausse des prix des matériaux de construction et des matières premières dans le secteur du bâtiment.

 

 «  On observe une véritable spéculation sur les prix des matériaux. Certains pays, comme la Chine et les Etats-Unis, se livrent à un accaparement des matières premières. Ce qui a pour effet de créer une pénurie à l’échelle mondiale. Les conséquences sont graves. Certains matériaux comme le bois, l’aluminium, le plastique, voient une flambée de leur prix de 10 à 70%.

Ce qui a pour effet de créer des difficultés majeures pour les entreprises du bâtiment en France, qui ont du mal à approvisionner les chantiers. Le retard accumulé sur les chantiers entraine des retards dans la facturation et donc des problèmes de trésoreries. L’Union Européenne et la France sont confrontées aux défis de la reprise d’après crise."

 

Deux questions se posent pour le gouvernement :

 

Comment le Gouvernement compte faire pour régler cette question des marchés publics conclus avant et pendant les confinements ?

Comment contenir une inflation démesurée qui plongerait le pays dans une grave crise économique ? »

 

M. Olivier Dussopt, Ministre délégué chargé des comptes publics, a répondu que, face aux pénuries de matières premières, le Gouvernement agit de trois manières :

 

- Faciliter les importations au service des douanes et à l’aide des services du ministère de l’économie.

 

- Organiser la réunion des fédérations professionnelles initiées par le ministre, Monsieur Bruno Lemaire, afin de permettre la circulation des matières premières entre opérateurs. Ainsi que contraindre les grands donneurs d’ordres à ne pas faire de surstock. Il est demandé aussi aux collectivités locales de ne pas appliquer les close de pénalités en matière de retard dans les délais de travaux, quand cela est possible.

 

- Sur le  long-terme, le plan de Relance a pour objectif de rendre l’économie française indépendante en matière première d’approvisionnements étrangers. Ce sont ces mesures qui prennent du temps et qui éviteront que se produisent des difficultés telles qu’en connaissent les entreprises du bâtiment et de d’autres secteurs, à l’heure actuelle.

 

 


Galerie photos

Ecole
03FEV2020

A la rencontre des élèves

Pour répondre à la sollicitation de Monsieur BUFFERAND, directeur et de Monsieur MONTJARRET,...
En savoir plus...
« Ils font l’Ille-et-Vilaine »
21JAN2020

« Ils font...

Félicitations à Alain CHÉREL qui a reçu, hier soir lors des vœux du Département #35, la...
En savoir plus...
FEVAO2
06DEC2019

La FEVAO est née

Hier, à Roz-sur-Couesnon (35), dans la Baie du Mont Saint-Michel, les 11 filières "AOP viandes...
En savoir plus...

Mon activité en direct

Vidéos

Vidéo
04FEV2020

Vidéo en ligne

Retrouvez facilement l'ensemble de mes interventions en vidéo, dans la rubrique "Actualité de...
En savoir plus...
QAG
30MAI2018

Question au Gouvernement du 30 Mai...

Après huit jours consécutifs de débats sur le projet de loi Agriculture, le député Thierry...
En savoir plus...
Assemblée Nationale - intervention tribune
22MAI2018

PJL Agriculture : Discussion...

Le député Thierry BENOIT est intervenu en séance publique lors de la discussion générale du...
En savoir plus...