Faillite des compagnies aériennes

Voyages
14AVR2020
Un texte signé par une centaine de députés appelle l'IATA à prendre des mesures pour protéger les agences de voyages et leurs clients, en créant notamment un « fonds passagers ».

« Le secteur touristique européen, en plus de l’arrêt brutal de son activité qui représente 50% du tourisme mondial et 342 milliards de bénéfices, est doublement lésé par les pratiques abusives des compagnies aériennes et de leur représentant l’IATA ». C'est par ces mots que souhaitent mettre en garde une centaine de députés français signataires d'un texte appelant l'association des transporteurs aériens à protéger les voyageurs et agences de voyages.

En pleine pandémie du Covid-19, la députée à l'origine du texte, Pascale Fontenel-Personne, co-présidente du groupe d’études « Valorisation des Activités Touristiques », s'alarme en effet des répercussions de la crise sanitaire sur le transport aérien, impactant par conséquent les agences et leurs clients. « La mise en place d’une garantie financière sur le transport aérien est un serpent de mer de la vie politique. À chaque faillite, l’idée et le débat ressurgissent. Cette fois-ci, nous ne pouvons y échapper. C’est l’une des conditions essentielles du rebond économique commun du secteur touristique et aérien qui permettra de rassurer durablement la filière », explique dans un communiqué la membre du Comité de Filière Tourisme.

L'exception des vols secs

Si l'ordonnance sur l'avoir valable 18 mois prévue par le gouvernement français est un pas important pour les tour-opérateurs et agences de voyages, l'exception faite au vols secs inquiète encore. Par ailleurs, nombreuses sont les compagnies aériennes à imposer, lorsque le vol est annulé et non volé, des avoirs de durées variables.

« Au-delà d’un risque de non-utilisation de l’avoir par nos concitoyens (…), un réel risque demeure pour le consommateur ou l’agent de voyages en cas de faillite de la compagnie aérienne. L’injustice est grande pour ces professionnels à qui l’on impose de garantir financièrement leurs billets d’avion lorsque celui-ci est intégré dans un voyage à forfait. Ce manque d’équité de traitement n’est financièrement pas soutenable pour la seule filière touristique et présente un réel danger pour le consommateur ayant acheté des billets "secs" », précise le texte co-signé par le député Thierry BENOIT.

Face aux risques, ces derniers réclament ainsi la mise en place urgente d'un « fonds passagers », qui pourra garantir aussi bien les voyageurs que les agents de voyages en cas de faillite d'une compagnie aérienne. « Après XL Airways, Aigle Azur et Thomas Cook, nous devons tirer des leçons et prendre nos responsabilités de législateurs. Les défaillances des compagnies aériennes ne peuvent que nourrir une future peur du voyage néfaste à notre rayonnement touristique et son développement économique », précisent-ils.

 


Galerie photos

Ecole
03FEV2020

A la rencontre des élèves

Pour répondre à la sollicitation de Monsieur BUFFERAND, directeur et de Monsieur MONTJARRET,...
En savoir plus...
« Ils font l’Ille-et-Vilaine »
21JAN2020

« Ils font...

Félicitations à Alain CHÉREL qui a reçu, hier soir lors des vœux du Département #35, la...
En savoir plus...
FEVAO2
06DEC2019

La FEVAO est née

Hier, à Roz-sur-Couesnon (35), dans la Baie du Mont Saint-Michel, les 11 filières "AOP viandes...
En savoir plus...

Mon activité en direct

Vidéos

Vidéo
04FEV2020

Vidéo en ligne

Retrouvez facilement l'ensemble de mes interventions en vidéo, dans la rubrique "Actualité de...
En savoir plus...
QAG
30MAI2018

Question au Gouvernement du 30 Mai...

Après huit jours consécutifs de débats sur le projet de loi Agriculture, le député Thierry...
En savoir plus...
Assemblée Nationale - intervention tribune
22MAI2018

PJL Agriculture : Discussion...

Le député Thierry BENOIT est intervenu en séance publique lors de la discussion générale du...
En savoir plus...